FGTB Wallonie Picarde

1er mai 2018 - Prise de parole de Philippe Dumortier - Président de la Régionale FGTB Wapi
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Vous trouverez ci-dessous l'intégralité de l'allocution de Philippe Dumortier, président de la FGTB Wallonie Picarde.

 

logowapimail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prise de parole de Philippe Dumortier, Président de la FGTB Wallonie Picarde

 

 

1er mai 2018

 

 

Camarades,

 

Bienvenue à toutes et tous, je me réjouis de vous voir aussi nombreuses et nombreux en ce jour de fête.

 

L’année 2018 est une année très lourde dans nos agendas.

 

Au-delà des différents plans d’actions concoctés par nos instances, il y a aussi le congrès de l’interrégionale wallonne, le congrès de la FGTB fédérale et les échéances électorales dont les résultats seront très importants pour le futur des organisations syndicales et des actions que nous devrons encore mener ensemble.

 

Cette Droite, Droite

Avec un         D comme Destruction des acquis sociaux

Avec un         R comme Réduction du pouvoir d’achat des travailleurs et allocataires sociaux

Avec un         O comme Obscurantisme

Avec un         I comme Intolérance

Avec un         T comme Taxation des plus faibles

Avec un         E comme Exclusion

 

Cette Droite donc qui a grands coups d’annonces vous fait prendre des vessies pour des lanternes, qui vous fait croire que votre pouvoir d’achat augmente et va encore augmenter grâce aux mesures qu’elle propose.

 

Parlons-en de leurs réformes :

 

La réforme des pensions : Pour beaucoup d’entre nous, alors que nous aurons presté une carrière complète, une fois pensionné, ce sera compliqué de continuer à mener le même train de vie.

 

Les exclusions : Une nouvelle directive impose à l’ONEm de doubler les sanctions envers les travailleurs sans emploi parce qu’ils n’ont pas fait suffisamment d’effort pour en trouver un.

 

Si le plein emploi existait, cela se saurait.

 

Le dumping social : Quelles sont les mesures prises pour enrayer ce fléau. Aucunes.

 

Les services de contrôle sont en sous-effectifs et ne disposent pas des moyens nécessaires pour lutter contre cette épidémie qu’est le dumping social.

 

Le service minimum est une atteinte inacceptable contre les droits fondamentaux des travailleurs.

 

Les soins de santé : Qui pourra encore à l’avenir se payer le luxe de se soigner ?

 

Et maintenant, ce gouvernement s’oppose à l’augmentation de la prime syndicale pour les travailleurs organisés alors qu’un accord existe entre employeurs, sous prétexte que celle-ci devrait être déclarée au fisc. Encore une mauvaise diversion politique au détriment des travailleurs.

 

Et encore, tous les gouvernements du pays se sont accordés sur le programme de stabilité 2018-2021.

 

Et le prix a payer c’est qu’il n’est plus question d’un retour a l’équilibre avant 2020.

 

Or, 2020 tombera après les élections de 2019, lorsqu’il faudra renégocier les alliances.

 

Le retour à l’équilibre ne se fera pas d’un simple claquement de doigt et il faudra présenter la facture au citoyen auquel on aura promis l’inverse durant la campagne électorale.

 

Et ils seront dans un scénario idéal puisqu’il n’y aura plus d’élections avant 2024. Donc le bon moment pour prendre des mesures impopulaires.

 

La liste n’est pas exhaustive.

 

A Droite, il y a le M.R. , M.R.

Avec un         M comme Macabre

Avec un         R comme Rencontre

 

Je vous invite à une réflexion sur ce que ces gens-là nous apportent (absolument rien) mais surtout ce qu’ils nous prennent (beaucoup trop).

 

Le C.D.H., il ne faut même plus en parler, en tirant la prise, ils se sont auto-électrocutés.

 

Lorsque vous serez devant votre bulletin de vote, Camarades, ne vous trompez pas, même s’il y a des faits qui se sont produits et que nous ne pouvons accepter et pour lesquels la FGTB s’est positionnée clairement, il est important pour l’avenir de voter à gauche et de redonner une impulsion sociale à notre région et à notre pays. Cela commence déjà avec les élections communales.

 

A certains qui envisagent déjà des alliances contre nature pour revenir au pouvoir, à ceux-là qui vendraient père et mère pour gouverner, nous lançons un message fort, qu’ils prennent garde de ne pas créer une fracture avec une frange importante de l’électorat qui sera pratiquement irréparable et certainement jamais consolidable.

 

Il faut impérativement que le vote de l’électeur soit pris en compte et ne pas trouver des arrangements pour l’intérêt d’une minorité.

 

En tant qu’ FGTB, nous restons et resterons vigilants. Nous pensons également qu’il est temps de montrer aux décideurs de ce pays que l’avis des travailleurs doit être pris en compte et pour nous faire entendre, il faut agir. Le temps des manifestations est révolu, nous voulons des actions disons plus réalistes, plus concrètes, qui font mal à ceux qui nous pressent comme des citrons.

 

Par ailleurs, je voudrais redire que ce n’est qu’ensemble qu’on est plus forts.

 

On peut râler, on peut se dire des choses, il y a des instances pour cela mais ce n’est pas en se divisant, ce n’est pas en ouvrant des brèches dans lesquelles les médias ne vont pas manquer de s’engouffrer que nous réussirons nos combats.

 

Il n’y a qu’ensemble que nous y arriverons.

 

Merci de votre attention.

 

Bon premier mai à toutes et tous.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront d’améliorer votre expérience utilisateur et de réaliser des statistiques de visites.